20/04/2007

°oOo° Butterfly °oOo°

                dyn005_original_353_120_gif_2538914_e907338a6cd249c4fd4a23af77c9977c
SAB-Fifty-Five-by-HaLoTrAcTiOn-

 

               J 'ai des butterfly, des papillons en pagaille
              Ton visage se dessine dans les moindre détails
                  Un peu sonnée par cette foutue bataille 
             Je m 'accroche à tes mots dans le moindre détail 

                  Butterfly, butterfly, butterfly, butterfly 

                J 'ai des butterfly, des émotions en pagaille
                Mon ventre se tort avant de te dire bye bye
                     Un peu sonnée par ce foutu détail
                 Ta voix résonne au fond de mes entrailles

                  Butterfly, butterfly, butterfly, butterfly

               J 'ai des butterfly, des papillons en pagaille
              Ton visage se dessine dans les moindre détails
                  Un peu sonnée par cette foutue bataille 
             Je m 'accroche à tes mots dans le moindre détail 
                                    

                  Butterfly, butterfly, butterfly, butterfly

                                     01

                                 ( Superbus )

              

Voici la raison de mon absence

Depuis quelques temps

Je n’arrive pas à décrire ce que je ressens

Mes sentiments sont tellement intenses

Je suis sonnée, dans ma tête tout est chamboulé

Je me sens étouffée et  compressée

C’ ‘est une vrai pagaille, çà devient infernal

Encore un détail sur cette foutue bataille

‘ Au fond de mes entrailles, j ’ai mal ‘

 

(  Chloé )

       

                linearoseg2dd3
                                                                                              

 

20:54 Écrit par Chloé dans Textes de chanson | Lien permanent | Commentaires (12) |  Facebook |

31/01/2007

°oOo° Si fragile °oOo°

                        dyn005_original_353_120_gif_2538914_e907338a6cd249c4fd4a23af77c9977c

      Black_n_White (Couple)

Si fragile

 

C'est une évidence, mais j 'ai besoin de toi,
Pas comme les autres pensent, c'est bien plus fort que ça.
Dans l 'ombre immobile, des mots qu'on dit tout bas,
De peur d 'être futiles, nos âmes sont parfois,

 

Si fragile,
Quand la vie souffle sur nos corps,
Fatigués de leur pauvre sort,
Mais qui s'enivrent encore.
Si fragile,
Les rires de nos rêves d 'enfants,
Qui à force de faire semblant,
S 'envolent, tout doucement.

 

Dans le vide, quand le vent nous murmure,
Qu 'il faut saisir sa chance, les mots qui nous rassurent,
Brisons les silences, délaissons nos armures,
Pour calmer nos souffrances, au fur et à mesure.

 

Si fragile,
Ces coups du sort ces petits riens,
Cachés dans l 'ombre du destin,
Quand il nous tend la main.
Si fragile,
Ces cris qui appellent au secours,
Et disparaissent au petit jour,
Et ressemblent à l 'amour.

 

Si fragile,
Comme la nuit qui ne s' écoule pas,
Prisonnière entre toi et moi,
Dans l ‘ hiver et le froid.

 

Si fragile,
Comme le souffle de ces instants,
Presque aussi libres que le vent,
Aussi forts et pourtant.

 

Si fragile

 

( Jessica Marquez )

 

 

                        linearoseg2dd3
                                                                                                                   

 

13:58 Écrit par Chloé dans Textes de chanson | Lien permanent | Commentaires (25) |  Facebook |

10/01/2007

°oOo° Quelques pleurs °oOo°

        dyn005_original_353_120_gif_2538914_e907338a6cd249c4fd4a23af77c9977c
Black blues by-fb101

                                     
                                                     Quelques pleurs

 

                    

                        Et tu sais maintenant
                                 La douleur du temps
                               Quand il est sans demain
                                Et de vivre en silence
                                Et si peu d 'espérance
                            Quand tes yeux ne voient rien

                         Oh tu sais maintenant
                             Tout ce que l 'on comprend
                              Quand tout ce qu 'on a cru
                                  Est à jamais perdu

                                   Copie de iconrosebw011pg

                    Laisse couler quelques pleurs
                                Pour adoucir tes peurs
                                 Juste quelques pleurs
                              Comme on arrose une fleur
                                      Quelques pleurs

                                    Copie de iconrosebw011pg

                          Oh tu sais maintenant
                              Le goût des matins blancs
                                La vie sans la couleur
                              Plus que savoir tu ressens
                               Le vide qu 'il y a dedans
                             Quand on n 'est que langueur
                               Tu restes au fond de toi
                                    Où personne ne va
                                Et tu dérives assise là
                                 En attendant ses pas

                                   Copie de iconrosebw011pg

                    Laisse couler quelques pleurs
                                Pour adoucir tes peurs
                                 Juste quelques pleurs
                              Comme on arrose une fleur
                                     Quelques pleurs

                                   Copie de iconrosebw011pg

                     Même si tu savais d 'avance
                                Que l 'amour est faïence
                               Et que les contes de fées
                            Ne sont que des contes de fées
                                 Tu as voulu y croire
                                 Aveugle de l ‘histoire
                             Et tu restes au fond de toi
                                    Où personne ne va

                                   Copie de iconrosebw011pg

                     Et tu restes au fond de toi
                                    Où personne ne va
                            Et tu laisses aller tes pleurs
                                Pour adoucir tes peurs
                                   De quelques pleurs

                            Quelques pleurs…

                                   Copie de iconrosebw011pg

 

                          (  Isabelle Boulay )

 

                          
                            stee
                                                                                                 

14:03 Écrit par Chloé dans Textes de chanson | Lien permanent | Commentaires (22) |  Facebook |

19/12/2006

°oOo° Redonne-moi °oOo°

                 dyn005_original_353_120_gif_2538914_e907338a6cd249c4fd4a23af77c9977c
      
         VII_BY_Princesse_of_Shadows
                      Comme un fantôme qui se promène
                       Et l 'âme alourdie de ses chaînes
                                  Réussir sa vie
                        Quand d 'autres l 'ont meurtris, et
                             Réussir sa vie, même si
                            Comprendre ne guérit pas
                            Et ce fantôme se promène
                        Là, sous l' apparence gît le blème
                                Murmure des flots
                                L'onde à demi-mot
                       Me murmure que l 'on doit parfois
                           Retrouver une trace de soi

                                   Redonne-moi,
                       Redonne-moi l 'autre bout de moi
                         Débris de rêves, le verre de fêle
                        Redonne-moi la mémoire de ma
                      Peut être sève ? Peut être fièvre ?
                       Redonne-moi pour une autre fois
                         Le goût de vivre, un équilibre
                       Redonne-moi l' amour et le choix
                         Tout ce qui fait qu 'on est roi

                       Comme un fantôme qui se démène
                       Dans l 'aube abîmée sans épiderme
                               Et nul n 'a compris
                            Qu 'on l 'étreint à demi et
                          Et nul n 'a surpris son cri :
                          Recommencer sa vie, aussi,

                                  Redonne-moi,
                      Redonne-moi l' autre bout de moi
                        Débris de rêves, le verre de fêle
                       Redonne-moi la mémoire de ma
                     Peut être sève ? Peut être fièvre ?
                      Redonne-moi pour une autre fois
                        Le goût de vivre, un équilibre
                      Redonne-moi l' amour et le choix
                        Tout ce qui fait qu 'on est roi

                                  Redonne-moi
                           
                              ( Mylène Farmer )
                 
                                  touteimages507fo3

              Je suis vraiment désolée pour cette longue absence,

                                  et ce long silence

                    Mais lorsqu' on accumule les douleur...

        on ne trouve pas les mots pour décrire a quel point on souffre

                     On ne peut pas toujours faire semblant,

       faire comme si tout allait bien alors que tout va vraiment mal

                    Pardonnez-moi d 'avoir baissé les bras

            Pardonnez-moi j 'avais perdu ce petit brin d 'espoir

                         Je me suis égarée, enfermée...

                         sans même pouvoir vous parler

                        Je suis désolée mes Amis(es)

                                     Chloé

              dyn004_original_322_92_pjpeg_2538914_2a5a7d24ca51ef8dc2d73faafa1c89f4
                                                                                                

14:45 Écrit par Chloé dans Textes de chanson | Lien permanent | Commentaires (14) |  Facebook |

02/10/2006

°oOo° Tant que j'existerais °oOo°

                   dyn005_original_353_120_gif_2538914_e907338a6cd249c4fd4a23af77c9977c

      tant queeeeeeeeeeeeee

          

Tant  que  j’ existerai

Il  n'y  a pas  que les murs
Il  y a aussi  des regards
Qui nous rendent moins  sûrs
Et  qui nous mettent à  part

Derrière tous ces barreaux
Il  y a aussi  des mots
Comme autant de blessures
De  prisons, de ghettos

Jugé  et condamné
A ne plus avoir le droit d'être
Ni d'aimer

Tant que j'existerai
Et quoi que le monde en pense
Je montrerai qui je suis
Je dirai mes différences

Tant que j'existerai
Tant qu'il y aura une chance
Je resterai qui je suis
Rien n'est jamais
Perdu d'avance

Il n'y a pas que les frontières
Qui isolent et séparent
Quand on veut nous faire taire
Nous jeter à l'écart

Au coeur du long silence
Il y a cette voix
Qui me dit sans violence
Continue le combat

Jugé et condamné
A ne plus avoir le droit d'être
Ni d'aimer

Tant que j'existerai
Et quoi que le monde en pense
Je montrerai qui je suis
Je dirai mes différences

Tant que j'existerai
Tant qu'il y aura une chance
Je resterai qui je suis
Rien n'est jamais
Perdu d'avance

Tant que j'existerai
Et quoi que le monde en pense
Je montrerai qui je suis
Je dirai mes différences

Rien n'est jamais
Perdu d'avance
Rien n'est jamais
Perdu d'avance

 

(  Natasha St Pier  )   

dyn004_original_322_92_pjpeg_2538914_2a5a7d24ca51ef8dc2d73faafa1c89f4

                                                                                                                  

14:38 Écrit par Chloé dans Textes de chanson | Lien permanent | Commentaires (26) |  Facebook |

08/09/2006

°oOo° Derniers baisers °oOo°

             

 

   

     

                                      Derniers baisers

 

                        Quand vient la fin de l’été, sur la plage

                                 Il faut alors se quitter

                                 Peut-être pour toujours

                                     Oublier cette plage

                                       Et nos baisers

                                           

                       Quand vient la fin de l 'été, sur la plage

                                  L'amour va se termine

                                  Comme il a commencé 

                                 Doucement, sur la plage

                                       Par un baiser 

                                            

                                   Le soleil est plus pâle 

                                Et nous n'irons plus danser

                              Crois-tu qu'après tout un hiver 

                                Notre amour aura changé 

                                            

                       Quand vient la fin de l 'été, sur la plage

                                  Il faut alors se quitter

                                  Les vacances ont duré

                                 Emportant la tendresse

                                       De nos baisers 

                                            

                                  Le soleil est plus pâle

                              Et nous n'irons plus danser

                            Crois-tu qu'après tout un hiver

                               Notre amour aura changé 

                                            

                       Quand vient la fin de l 'été, sur la plage

                                  Il faut alors se quitter

                                 Peut-être pour toujours

                                    Oublier cette plage 

                                      Et nos baisers

                                     Et nos baisers...

 

                                    Laurent Voulzy

           
               
                                                                                                                   

10:46 Écrit par Chloé dans Textes de chanson | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

19/07/2006

°oOo° Mon Paradis °oOo°

             
                                            
                                              Mon Paradis
                  
                     Ne cherche jamais a ressembler a ce que tu vois,
                               Puisque tu es unique en ce monde,
                                     Où personne n'est parfais.
                              Protège tes rêves comme un trésor,
                          Chaque jour qui se lève le rend plus fort,
                                         Ecoute ton coeur,
                          Laisse guider tes pas et un jour tu veras,
                         Que ton Paradis, c'est ici, n'abandonne pas
                   Suis toute ta vie, tes envies, sans baisser les bras,
                       Et regarde au fond de toi ce pouvoir immense
                           Demain si t'y crois, tu verras ta chance
                               Aller jusqu'au bout de ses désirs
                           Seule et malgré tout ce qu'on peut dire
                                        N'écoute personne,
                                       Et si tu crois en toi,
                                      Un beau jour tu veras
                                      Rien n'est impossible,
                                            Inacessible
                                        Un jour tu verras...
                                            Ton Paradis
                                                                                       ( Jonatan Cerrada)

            

15:48 Écrit par Chloé dans Textes de chanson | Lien permanent | Commentaires (16) |  Facebook |

08/07/2006

 °oOo° Quand on est un enfant...°oOo°

               
                                             
                            
                                             J'ai voulu être une étoile
                                                   
                                              Briller sur tout l'univers
                                                   
                                              j'ai voulu être un oiseau
                                                    
                                               Frôler le soleil et l'eau
 
                                                   
                                              J'ai voulu être un nuage
                                                 
                                             Léger, rose et transparent
                                               
                                          On n'a pas notion des choses
                                                    
                                              Quand on est un enfant
 
                                                  
                                               J'ai voulu porter la terre
                                                   
                                              Sur mes épaules fragiles
                                                      
                                                  J'ai voulu plier le fer
                                             
                                          Des monstres géants de la ville
                                                  
                                                 
                                             Au diable que je me repose
                                           
                                         Au diable d'attendre d'être grand
                                                
                                            On n'a pas notion des choses
                                                    
                                                 Quand on est un enfant
 
                                                                                              
                                                                                                     
                                                                                                        ( France Gall )
                         

10:17 Écrit par Chloé dans Textes de chanson | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

14/05/2006

°oOo°Une femme parle avec son coeur°oOo°

              

                                                        

                             
                                 Une femme parle avec son coeur
 
                         Elles viennent au monde dans un cris de joie
                                    Quelque chose à leur visage
                                Une émotion qui ne s'explique pas
                                        Entre douceur et courage
                                   Elles ont le monde à leurs pieds
                         Quelque fois pour un sourire qu'on attend pas
                                       Elles sont prêtes à donner
                                       Tout ce qu'on leur prendra
 
                                   Pour une idée pour un homme,
                                   Pour une terre qu'on abandonne.
                                  Une femme sait ouvrir son coeur
                                Comme un souffle, un cri de guerre
                                 Là où les autres pourraient se taire
                                  Une femme parle avec son coeur
 
                                            Elle défie le monde
                                              Au ciel un idéal
                                      Pour qu'a l'Amour succombe
                                              Les fleurs du mal
 
                            Au bord d'un fleuve, au fond d'un vieu village
                                       Elles s'agenouillent en prière
                        Comme un roseau se lance du fond d'un marécage
                                    Elles cherchent un peu de lumière
                                    Elles attendent même ces rivières,
                             Ces montagnes, d'où l'on trouve l'or parfois
                                        Elles donnent sans compter,
                                           Ce que Dieu leur rendra.
 
                                    Une femme parle avec son coeur...
                                                 Une femme...
                                                                
                                                                                               ( Rock Voisine )
                                                           
                                                          

23:10 Écrit par Chloé dans Textes de chanson | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |